L’Histoire

Pour bien comprendre l’intérêt et la spécificité de l’ATRE, il est nécessaire de resituer son champ d’intervention et de repréciser les réflexions et constats à l’origine de sa création.

Le travail thérapeutique et socio-éducatif effectué par les structures ou associations intervenant en milieu carcéral, trouve une limitation dommageable dans l’impossibilité de concilier la date de libération avec la préparation et la maturation du projet de soin ou d’insertion préparé en détention avec les personnes détenues :

  • délais entre la sortie de prison et l’entrée dans une structure ou un lieu avec hébergement (famille d’accueil, centre thérapeutique résidentiel, communauté thérapeutique, ou dans un logement autonome ou encore dans un lieu d’hébergement collectif comme un CHRS)
  • retour brutal dans le contexte familial souvent peu préparé au fait, même si la sortie était prévisible.

On notera également la réticence, parfois sensible, envers ce public, de la part du dispositif en milieu ouvert.

Cette confrontation brutale à la sortie avec leur environnement naturel survient à un moment où les personnes concernées, hier encore privées de liberté, de responsabilité et de gratifications, sont particulièrement sensibles à la pression de ce milieu. Elles sont alors dans un état d’attente anxieuse d’une évolution rapide de leur mode de vie, sur laquelle elles n’ont que peu de prise.

Le retour vers le mode de vie précédent, vers la satisfaction immédiate et la résorption facile des tensions conduit trop souvent à l’abandon des projets, à la dévalorisation de soi, et au rejet des motivations et des discours qui accompagnaient le projet de vie élaboré et investi en prison.

Cette tendance est aussi amplifiée voire provoquée par la sollicitation par les anciennes connaissances, l’environnement précédent, la précarité.

Devant ce constat, en 1994, le responsable du Service Médico-Psychologique Régional et du Centre de Soins Spécialises aux Toxicomanes en milieu pénitentiaire (devenu CSAPA depuis) , le Docteur Evry ARCHER, a conçu le projet de créer et de faire gérer par l’Association « Aide aux Détenus Nécessitant des Soins Médico-Psychologiques à Loos » (A.D.N.S.M.P.L., devenue ADNSMP) une structure, l’ATRE « Accueil Temporaire pour la Réinsertion ».

L’ATRE a été ouvert en 1995, rue alexandre leleux à LILLE et occupe depuis juin 2011 le 98 rue d’Isly, à LILLE

 

Présentation de l’ADNSMP, notre association gestionnaire